DE PAR LE MONDE

 

LE RAPPORT 2007
D’AMNESTY INTERNATIONAL

  Une femme sur trois dans le monde subira des violences au cours de sa vie, 70 % des personnes tuées dans des conflits sont des femmes, et des dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles sont victimes de viols depuis le début de la crise du Darfour. Dans son rapport 2007, Amnesty International dénonce toutes les violences domestiques, policières ou militaires que subissent les femmes dans un monde de plus en plus en proie à la peur.


Devant la torture et le terrorisme, la peine de mort et la justice internationale, thèmes de campagne traditionnels de l’association, ce sont les violences subies par les femmes dans le monde qui, cette année font la une du rapport d’Amnesty International. Quelques chiffres en témoignent avec éloquence : une femme sur trois subira des violences de son compagnon au cours de sa vie, 50% des femmes qui ont trouvé la mort par homicide ont été victimes de leur compagnon (ou ancien compagnon) ; la majorité des millions de victimes de la traite d’êtres humains sont des femmes ; 70% des personnes qui ont été tuées dans des conflits étaient des non-combattants, pour la plupart des femmes ou des enfants. Dans ce tableau mondial, les militantes de la liberté paient un tribut sévère, arrêtées en Iran pour avoir réclamé l’égalité des sexes, assassinées en Afghanistan pour avoir défendu l’éducation des filles. Ici, en Arabie ou en Iran, les femmes sont obligées de porter le voile, là en Turquie ou en France, la loi le leur interdit.


Au Darfour, cette «blessure ouverte qui ensanglante la conscience du monde», parmi les plus de deux millions de personnes déplacées, des dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles ont été victimes de viols et d’autres formes de violence sexuelle. Même en France, la situation est dramatique, s’émeut Amnesty, qui cite les chiffres officiels : en moyenne, une femme meurt tous les quatre jours des suites de brutalités que lui inflige son conjoint ; près d’une femme sur dix pâtit de violences sexuelles, tandis que d’autres formes de violences liées au genre persistent, notamment sous la forme du mariage forcé, de la traite des femmes ou de la prostitution.
 

...

Retour