ÉDITORIAL

HUMAN

 

Baucoup d’entre nous ont regardé le film de Yann Arthus BERTRAND «HOME».
Bouleversant et inquiétant, ce film montre l’implacable logique de destruction de notre planète bleue, soumise à la folie de consommation aveugle des hommes attirés par le dieu ARGENT.

Mon propos est de faire le pendant avec l’HUMAIN.
Depuis 50 ans, la médecine a fait autant de progrès qu’en 30 siècles et pourtant ce « trop plein » de santé est totalement inégal !
Quelques chiffres de la HONTE pour nous en persuader, nous réveiller, nous unir et peut-être sauver nos semblables.
 
The Lancet 4-10 Novembre 2006 :
• 340 millions de gonococcies, syphilis, chlamydiae, trichomonas dont 100 millions chez les jeunes 15/24 ans ;
• 180 millions de couples infertiles ;
• 1 milllion d’IST dans la population générale < 49 ans ;
• 1,6 millions de syphilis non diagnostiquées chez les femmes enceintes en Afrique ;
• 5 millions de nouveaux cas VIH ;
• 80 millions de grossesses non désirées dont 45 millions d’avortements / 19 millions d’avortements non médicalisés et 68 000 décès.

Il n’est pas de mon propos de tirer la sonnette d’alarme sans vouloir, dans le champ qui est le nôtre, la Santé Sexuelle, proposer des pistes de réflexion.

Il y a une conjonction de deux cartes du Monde qui se superposent, et qui nécessite une prise de conscience active : la carte de l’abondance des lieux recouvre aussi celle où il y a le moins de problème de santé et celle de la pauvreté, de la faim et du manque d’eau, qui recouvre celle des pathologies.

Mais ne nous trompons pas ! Le Canada avec 1,4 grossesses par femme est autant en danger que le Bengladesh avec 7,8 grossesses par femme !
Tout s’intrique avec ce baromètre effrayant qui est la VIOLENCE !

C’est là où intervient la notion de Santé Sexuelle.
L’aptitude à une sexualité heureuse et épanouie n’est pas une recherche «effrénée» du plaisir et de l’orgasme, comme le pensent encore trop de politiques, mais une aptitude à réduire l’ensemble des violences, en particulier vis-à-vis des femmes et des enfants.
Les Droits Sexuels ne doivent plus être une UTOPIE, mais être enseignés dans toutes les écoles du monde afin de protéger l’HUMAIN.

A quoi cela servirait-il d’avoir enfin une planète protégée, si les gens qui la peuplent ne peuvent plus s’entendre et se haïssent au point de déclencher l’Apocalypse.

Générer de l’empathie, partager nos connaissances et nos ressources, gérer au mieux la manne d’argent nécessaire à l’éradication des fléaux sanitaires, devient une priorité de l’HUMAIN.
Cela se fera avec des grincements de dents et peut-être ne se fera pas, tant les freins religieux, sociaux, culturels et de l’argent sont et resteront forts.

Au contact de cette misère sexuelle, nous les sexologues avons un devoir de parole, d’action et de mise en commun de TOUTES nos énergies.

Il est trop tard pour être pessimistes, mais il n’est pas trop tôt pour agir afin de rêver d’un monde meilleur pour TOUS.
 

*

Docteur Marc GANEM
Président de la SFSC
.

 
 

 

Éditoriaux 

Sexologos N°34

Index